Visa + Parcours vers l’emploi à Beaugency : une exposition photo pour se rapprocher du milieu de l’emploi
 

Visa + Parcours vers l’emploi à Beaugency : une exposition photo pour se rapprocher du milieu de l’emploi

par Kogito. Le 05/11/20 16:52. Localisation : 45.
|
Depuis le 15 septembre, onze stagiaires participent au Visa + Parcours vers l’emploi organisé par le Greta cœur 2 Loire à l’ELS de Beaugency. Ils partagent leur temps entre remise à niveau, préparation d’une exposition photo et ateliers.

« L’objectif de ces Visas + Parcours vers l’emploi est d’avoir un projet pédagogique différent de ce que nous pouvons avoir d’habitude en formation. Le but est de permettre aux stagiaires de prendre conscience des compétences qu’ils ont déjà acquises, dans leur vie professionnelle ou personnelle, de travailler sur l’estime de soi, d’avoir confiance en ces compétences et de pouvoir les réinvestir dans leur parcours professionnel », explique Marion Kervella, conseillère en formation continue au Greta cœur 2 Loire (ELS de Beaugency). Entre le 15 septembre et le 26 novembre, onze apprenants vont passer quelque 350 heures à Beaugency pour suivre le Visa + Parcours vers l’emploi organisé par l'organisme de formation. « Les lundis et mardis sont dédiés au projet collectif. Les mercredis et jeudis, les stagiaires peuvent travailler sur le projet ou bénéficier de “modules agiles”, une remise à niveau en français ou en bureautique, en fonction de leurs besoins. Les vendredis, ils participent à des ateliers de théâtre, de sophrologie et de socio-esthétisme. »

Le point d’orgue de cette formation aura lieu le 20 novembre, avec l’aboutissement du projet collectif et l’inauguration d'une exposition photo sur les métiers en tension autour de Beaugency, réalisée par les stagiaires. « C’est un prétexte pour les encourager à récupérer des informations dans les entreprises alentours ». Ils réalisent ainsi des enquêtes métiers et des stages d’immersion d’une ou plusieurs journées pour découvrir différentes professions comme gestionnaire de paie ou libraire. « Nos stagiaires sont éloignés de l’emploi. Cela les aide à se remettre dans le milieu du travail, pendant une courte durée. Nous les soutenons dans leur réadaptation au monde de l’emploi », souligne Élodie Malichard, responsable du projet collectif. « Je leur fais aussi rencontrer des intervenants aux parcours très différents et d'un âge similaire – la moyenne d’âge du groupe est d’environ 50 ans – pour leur montrer qu’à leur âge tout est encore possible. » Les stagiaires ont ainsi reçu la visite d’un employé libre-service ou d’un dirigeant de pompes funèbres. Lors des journées dédiées au projet collectif, ils écrivent également les légendes qui accompagneront les photos, gèrent la communication de l'exposition, préparent le discours d’inauguration…

Le projet collectif, une aide pour la reconversion professionnelle

Ce projet collectif sert beaucoup à Véronique, l’une des stagiaires. Après avoir travaillé pendant vingt-cinq ans dans le domaine de la bijouterie, cette femme de 50 ans a été licenciée suite à des problèmes de santé. « J’ai fait un burn-out », résume-t-elle. Elle envisage aujourd’hui de se reconvertir en tant qu’agent d’accueil touristique en suivant deux formations : un CAP Agent d’accueil administratif comptabilité puis un bac professionnel Agent d’accueil touristique territorial. Elle a déjà profité de sa formation pour rencontrer une chargée d’accueil touristes de Beaugency, qui est également guide. Cette dernière lui a donné des pistes pour trouver des stages. « Nous avons longuement discuté et elle m’a conseillée d’envoyer des lettres de motivation dans des offices de tourisme et au service culturel de Beaugency. J’attends désormais des réponses. » Très motivée, la quinquagénaire a aussi accepté le rôle de référente communication du projet collectif. « Cela va me servir pour mon projet dans le tourisme car, plus tard, je serai amenée à communiquer avec les partenaires, les élus, la presse… », projette-t-elle. Son bilan après un mois de formation ? « Je la trouve très enrichissante. Elle m’a permis de monter et d’éclaircir mon projet. C’est une bonne remise en question. Et puis on reprend confiance en soi, ce qui est important pour la suite de notre parcours. »

Les apprenants bénéficient également d’un accompagnement individuel avec une conseillère en insertion professionnelle. « En fonction des besoins des stagiaires, elle va leur proposer de faire le point toutes les semaines ou toutes les deux semaines sur leurs ressentis ou leurs difficultés périphériques, comme les problèmes de transport, pour éviter les abandons pour des raisons annexes », précise Marion Kervella. Lors de la dernière semaine, trois jours seront enfin dédiés à la sortie de formation afin de préparer au mieux l’après.

Pour aller plus loin
Visa + Parcours vers l’emploi à Vendôme : « L'opportunité de se remotiver et de poursuivre sa reconversion professionnelle »
À Blois, le Visa + fait rimer bande dessinée avec formation, confiance en soi et lien social
Le bilan positif de l'expérimentation Visa + à Vierzon
Visa + Parcours vers l'emploi : "Lever tous les freins des bénéficiaires"
Visa + Parcours vers l'emploi : 1er retour d’expérience du Greta Val de Loire à Château-Renault en présence d’Isabelle Gaudron
Insertion dans l’emploi et suites de parcours positives : retours de l'expérimentation Visa + à AGAFOR
La Région et l’État signent le Plan régional d’investissement dans les compétences 2019-2022