Reprise réussie pour Formatic Centre de Saint-Avertin
 

Reprise réussie pour Formatic Centre

par Kogito. Le 10/07/20 17:52. Localisation : 37.
|
Depuis le 14 mai l'organisme de formation Formatic Centre de Saint-Avertin accueille de nouveau les apprenants du Visa Pro numérique. Le centre a dû s’organiser afin que les stagiaires soient reçus dans les meilleures conditions.

Jeudi 18 juin, 10h. Au centre de ressources de Formatic Centre, à Saint-Avertin, huit personnes font face à leur ordinateur, casque sur les oreilles. Certains travaillent sur Excel, d’autres sur Word… Tous sont inscrits au Visa Pro numérique. « La formation se déroule en e-learning. Chaque stagiaire a son programme, que nous avons défini ensemble en fonction de ses objectifs. Il écoute une leçon sur un point particulier puis il a un exercice à effectuer. L’avantage, c’est que chacun va à son rythme, chacun travaille sur le logiciel qu’il a choisi », explique Isabelle Velasco, formatrice en bureautique.

Parmi ces apprenants, certains ont connu une coupure forcée de deux mois à cause du confinement. Pour pouvoir les accueillir de nouveau dès le 14 mai et leur assurer un retour serein, l’organisme de formation a dû s’adapter aux nouvelles règles sanitaires. « Au lieu de dix-huit postes, le centre de ressources est désormais limité à huit. Nous fournissons du gel et des masques pour ceux qui n’en ont pas », indique Marie Christel Demey, responsable de formation. Si le port du masque n’est pas imposé lors des temps de formation car les stagiaires sont éloignés les uns des autres, il est obligatoire pour tous les déplacements dans l’établissement. La formatrice, elle, doit le porter dès qu’elle se rend près de l’un d’entre eux. « Les claviers et les souris sont désinfectés midi et soir, les salles sont aérées régulièrement, des bouteilles d’eau sont mises à disposition car il n’y a plus de bombonne, le café est servi… », poursuit-elle. Dès l’entrée, des dépliants avec les bons réflexes à adopter sont disponibles et, dans la salle de cours, des produits d’entretien sont également mis à disposition afin que chacun puisse nettoyer son espace de travail.

Le lien avec les apprenants n’a jamais été rompu pendant le confinement, Isabelle Velasco ayant gardé contact avec eux, leur donnant des exercices s’ils le souhaitaient. Le personnel du Formatic Centre a tout de même été soulagé de les voir revenir. « Je me suis dit qu’ils allaient être frileux mais le public qui suit le Visa est celui qui est revenu le plus rapidement. Ils en avaient besoin, même pour leur moral », assure Marie Christel Demey.

Pas d’appréhension chez les apprenants

Janick fait partie des stagiaires qui ont rapidement repris le chemin du centre de formation. Cette assistante administrative, licenciée fin 2019 et actuellement en congé de reclassement, a commencé sa formation début février. Son objectif : se remettre à niveau sur Word, pour éventuellement trouver un poste dans une association. « J’ai commencé ma carrière sur une machine à écrire. J’ai évolué sans formation, sur le tas. Je découvre donc des choses qui peuvent simplifier la vie dans le travail. » Janick a repris la formation dès le 14 mai, sans appréhension. « Nous avions eu une réunion d’information. Tout le monde est bien à l’écoute, donc ça se passe bien. Nous avons tout ce qu’il faut, je ne me sens pas “en danger” », assure-t-elle, installée devant son écran. La Saint-Cyrienne s’est même réjouie de pouvoir retourner à Formatic Centre : « J’apprécie de revenir une matinée par semaine, ça me manquait. Je gardais ma petite-fille, donc ce n’était pas évident de faire les exercices à distance. J’essayais tout de même de continuer à faire des petites choses que j’avais apprises. »

Roxanne, elle, a choisi de participer au Visa pour reprendre les bases d’Excel, dont elle ne se souvenait plus, et pouvoir ensuite suivre une formation de secrétaire médicale. Elle devait commencer le Visa mi-mars, juste avant le confinement. Elle l’a finalement démarré le 14 mai, sans se poser de question. « On nous a informés que les distances seraient respectées, qu’il faudrait mettre le masque, que nous aurions du gel… C’était plus simple de savoir qu’il n’y aurait pas de risque », assure-t-elle. La jeune femme de 24 ans se rend désormais à Saint-Avertin les jeudis et vendredis matin. « Je suis satisfaite de ce premier mois car j’avance plutôt bien », conclut-elle.