Bouchers et charcutiers-traiteurs : résolument polyvalents !
 

Bouchers et charcutiers-traiteurs: résolument polyvalents !

par Scripto Sensu pour Gipa Alfa Centre. Le 23/09/13 12:22. Localisation : 37.
|
Méconnus, les métiers de boucher et charcutier-traiteur connaissent un déficit d’image et d’effectif. Lumière sur un secteur en constante évolution... et qui recrute !

 

« 4 000 postes de bouchers sont vacants en France, sans pour autant trouver preneur », explique Hervé Hureau, responsable du service éducation du Campus des métiers de la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) 37. Une tendance plus ou moins marquée selon les régions, les efforts de communication déployés pour attirer les jeunes et l’adéquation de l’offre de formation.

La relation-client, essentielle

De la prise en charge de l’animal jusqu’à la vente de morceaux préparés et parfois cuisinés, le métier de boucher implique une pluralité de compétences : découpe, mise en place et parfois cuisine.
Le métier de charcutier-traiteur s’apparente, pour sa part, au métier de cuisinier. Le professionnel doit maîtriser les méthodes de conservation et l’art culinaire dans son ensemble. Il assure également la vente de plats cuisinés et prépare buffets et cocktails.
À ces savoir-faire s’ajoute la nécessité d’un certain savoir être indispensable dans la relation avec le client. Un complément qui n’est pas sans déplaire à Steven Lardin, apprenti en 2e année de brevet professionnel de boucher : « J’aime préparer la viande, la sublimer mais j’aime aussi le contact avec le client. Une dimension primordiale et stimulante à laquelle les jeunes ne pensent pas ».

Des métiers qui s’adaptent

L’avènement des machines frigorifique ou bien l’utilisation de rails pour acheminer les carcasses sont autant d’inventions qui ont contribué à rendre les activités de boucher et de charcutier mois pénibles et plus productives. Le changement des modes de consommation et l’évolution des normes d’hygiène ont, de leur côté, beaucoup influé sur l’offre proposée. De nombreuses boucheries proposent aujourd’hui des plats préparés et sont appréciées pour leur capacité de conseil et d’information sur l’origine et la qualité des produits.
Bien sûr, certaines contraintes inhérentes aux métiers de bouchers ou de charcutier-traiteur demeurent comme le travail en chambre froide, un temps de travail important ou bien encore des horaires décalés.

Quelle formation ?

L’apprentissage est l’une des formules les plus adaptée pour accéder à ces métiers. Après la 3e, trois cursus possibles : le CAP, le BEP en deux ans et le BAC Pro en 3 ans. Des formations qui peuvent être ensuite complétées par un Brevet professionnel en 2 ans.
À la clé, un emploi et un salaire intéressant puisque beaucoup d’apprentis débutent au-dessus du SMIC et atteignent rapidement 1 700 euros net par mois.

 

LIENS UTILES

 Le + d'Etoile

Les formations Boucher charcutier en région Centre

Les fiches métiers Boucher

Les fiches métiers charcutier-traiteur

 

Crédit : Fotolia