Des "tiers-lieux de compétences" pour rapprocher la formation des territoires
 

Des "tiers-lieux de compétences" pour rapprocher la formation des territoires

par Kogito pour le GIP Alfa Centre-Val de Loire. Le 09/09/22 09:41. Localisation : 45, 37, 36.
|
Ouvert jusqu’en août 2023, l’appel à projets régional "Tiers-Lieux de Compétences" soutient le développement d’espaces innovants et ancrés sur leur territoire. Illustrations avec les trois premiers lauréats.

"Répondre aux besoins de compétences des individus, des entreprises et des territoires"

Un "Atelier des projets" à Tours, un "Centre International de la Jeunesse" à Orléans et un espace de formation aux métiers de l’aéronautique à Châteauroux : voilà les trois projets retenus à l’issue de la 1re vague de l’appel à projets Tiers-Lieux de Compétences. « Nous faisons la part belle à des projets originaux, créatifs et qui répondent véritablement à des problématiques locales », commente Emeline Lesage, chargée de mission Développement des Tiers-Lieux de Compétences et déploiement des transitions écologiques dans l’offre de formation à la Région Centre-Val de Loire. « Avec ces nouveaux lieux de proximité, l’objectif est de répondre aux besoins de compétences des individus, des entreprises et des territoires au niveau des bassins de vie mais également d’accompagner l’insertion professionnelle des publics, et notamment des publics fragilisés, en marge des dynamiques d’emploi et de formation. Les tiers-lieux de compétences ont notamment vocation à rapprocher la formation des publics qui en ont le plus besoin », insiste la chargée de mission.

Qu’est-ce qu’un tiers-lieu de compétences ?

« Il n’existe pas de modèle type de tiers-lieu car ces espaces se construisent selon les besoins des citoyens et des entreprises, selon les dynamiques et particularités territoriales » est-il rappelé dans le cadre d’intervention de l’appel à projets. « Il s’agit de lieux où l’on commence par prendre un café, avant de participer à un atelier ou de se former, de rencontrer des salariés, des étudiants ou des entrepreneurs, d’échanger entre offreurs d’emplois et offreurs de compétences lors de moments conviviaux, etc., détaille Emeline Lesage. Les tiers-lieux de compétences doivent contribuer à l’émancipation des personnes : booster leur estime de soi et les accompagner dans la construction d’un projet de vie personnelle ou professionnel. »
Développer des innovations sociales et pédagogiques, de nouvelles manières de faire et d’apprendre, repenser la place des citoyens sur les territoires et dans l’espace public, offrir des lieux de rencontres, de dialogue, de démocratie, de partage et de transmission, lever les freins à la mobilité… Autant d’ambitions inscrites dans l’ADN d’un tiers-lieu de compétences. Elles se traduiront dès l’année prochaine par la création de nouvelles structures qui vont « faciliter l’accès à des opportunités et à une offre de services permettant le développement des compétences, en s’articulant avec une offre de formation ».

Trois projets distingués à Orléans, Châteauroux et Tours

À Orléans, un tiers-lieu de compétences prendra la forme d’un "Centre International de la Jeunesse" de 700 m² implanté au cœur de la ville. Ce projet porté par le CRIJ vise à proposer des services qui répondront aux besoins d’accueil et d’accompagnement des jeunes, citadins comme ruraux : espaces de coworking, fablab, formation à distance, hébergements, ateliers, laboratoire pédagogique… Le centre entend leur offrir un « espace d'apprentissage innovant et des expériences d'engagement propices à leurs constructions personnelles et professionnelles » : rencontres avec des employeurs, débats et informations autour de l’insertion professionnelle ou de la mobilité internationale, accompagnement au montage de projets, etc. Fil rouge de ce tiers-lieu : le développement et la reconnaissance des compétences, en particulier auprès des publics peu qualifiés.

Porté par le GIP FTLV-IP en partenariat avec une quinzaine d’acteurs institutionnels, d’entreprises et d’organismes de formation, un autre tiers-lieu de compétences se déploiera au sein de la zone aéroportuaire de Châteauroux-Déols. Spécialisé dans les formations aux métiers de l’aéronautique et prônant la mixité sociale, culturelle et générationnelle, ce tiers-lieu offrira aux jeunes décrocheurs et aux demandeurs d’emploi un plateau technique qui devrait notamment disposer d’un hélicoptère et d’un avion. À proximité, des salles de formation et des espaces d’échanges permettront d’organiser par exemple des ateliers d’orientation professionnelle ou de développement de l’employabilité et de la citoyenneté. Finalité de ce tiers-lieu : « Concourir au développement de l’activité économique grâce à la mobilisation des entreprises du secteur aéronautique (334 dans la région) et contribuer ainsi à l’attractivité du territoire. »

Enfin, à Tours, à proximité des bords de Loire, le 3e tiers-lieu de compétences retenu ouvrira ses portes en 2023. Porté par l’AFPP de Touraine, cet "Atelier des projets" repose sur un partenariat avec le CEFIM ainsi que cinq fondations d’entreprises : Orange, EDF, Banque Populaire Val de France, SNCF et AG2R. Autour des thématiques « numérique, compétences et emploi », le consortium ambitionne de créer un lieu accessible et convivial qui permettra à ses publics « de se rencontrer, de se former, de travailler leur projet professionnel, de s’acculturer aux outils numériques, de s’initier aux bonnes pratiques liées à la transition écologique…». Demandeurs d’emploi, stagiaires de la formation professionnelle, acteurs de l’accompagnement et entreprises seront accueillis dans d’anciens ateliers techniques de 1 000 m² réorganisés autour de cinq espaces thématiques dont un Learning Lab (laboratoire numérique de pédagogie enrichie), un ProLab (laboratoire de projets collectifs) et un espace éco-citoyen.

Porteurs de projets ? Candidatez avant août 2023

Lancé le 1er juin 2021 dans le cadre du PACTE régional d’investissements pour les compétences en région, l’appel à projets Tiers-Lieux de Compétences a vu son cadre d’intervention évoluer en mars 2022 : « L’instruction des dossiers de candidatures n’est plus continue mais s’effectue par vagues semestrielles : août 2022, février 2023 et août 2023 », précise Emeline Lesage, dont le rôle consiste aussi à accompagner les porteurs de projets dans la définition de leur offre de services, la mise en réseau et l’élaboration de leur dossier de candidature. Parmi ses critères d’éligibilité : la constitution d’un consortium (collectivités territoriales, acteurs de l’orientation et de la formation, entreprises, etc.), la mixité des publics accueillis, la dimension expérimentale ou alternative des actions proposées, l’intégration de l’innovation sociale et pédagogique... Les projets lauréats peuvent prétendre à une aide régionale comprise entre 50 000 et 500 000 euros.

 

 

Votre contact
Besoin d’un renseignement ou d’un accompagnement au montage d’une candidature pour un projet de tiers-lieu de compétences ? Contactez Emeline Lesage, chargée de mission régionale développement des Tiers-Lieux de Compétences et déploiement des transitions écologiques dans l’offre de formation : emeline.lesage@centrevaldeloire.fr

 

Pour en savoir plus :

 

> Appel à projets du Conseil régional : déploiement des Tiers-Lieux de Compétences

> En vidéo : quel lien entre DEFFINOV et l'AAP Tiers Lieux Compétences en Centre-Val de Loire ?

 

Les + d'Etoile

Le Plan Régional de Lutte contre l’Illettrisme pour les quatre années à venir repose sur trois piliers fondamentaux : la prévention, le repérage des personnes et leur accompagnement pour sortir des situations d’illettrisme.

L'organisme Les 2 Rives a récemment inauguré un parcours novateur conçu pour préparer efficacement les candidats à engager une démarche de VAE, visant à transformer leur expérience professionnelle en un diplôme officiel.

Quel devenir pour les demandeurs d’emploi ayant suivi une formation professionnelle ? Sont-ils satisfaits de la qualité de la formation, des formateurs ?

L’enquête menée de mai à juin 2023 par la Région Centre-Val de Loire sur l’insertion professionnelle des stagiaires après leur formation révèle des résultats satisfaisants. Ces formations sont financées dans le cadre du PRF*.

Thématique abordée : "Engagement pour l'inclusion des apprenants. Quelles avancées avec la RHF ? Comment aller plus loin ensemble ?"

Dispositif phare de Trans’Formation, le Parcours d’accompagnement stratégique rencontre son public. Il reste encore quelques mois pour postuler et bénéficier jusqu’à 50 jours d’accompagnement pris en charge par la Région.